lundi 28 septembre 2020

ELYSIAN FIELDS "Transience of Life" (Microcultures Records/Kuroneko) – 4 septembre 2020


Avec les contraintes sanitaires actuelles, le secteur le plus touché économiquement (voir abandonné et livré à lui-même) est celui des concerts, et plus particulièrement des concerts de rock. Les groupes et artistes ne peuvent plus partir en tournée (le gros de leurs revenus) et presque toutes les petites et moyennes salles de concerts ont fait porte close depuis la mi-mars. Et, surtout ne me parler pas de livestream, cette invention du live post Covid. On en viendrait à regretter les gros videurs qui vérifiaient nos sacs suites aux attentats. Le live, notamment la fosse, la proximité avec le groupe, le chanteur qui aime tant le contact (parfois frontal, quand la scène et l’espace de la salle sont minuscules – Le Zorba et La Pointe Lafayette = 50 places maxi en étant bien serré) sont les ennemis du fléau virus nommé Covid-19 qui exige des gestes barrières de 1 mètre mini et le port du masque, soit deux éléments difficile à mettre en place quand on va voir un concert de rock. Ah le bon temps des soirées Gonzai à La Maroquinerie (à Paris) avec une belle affiche de 3 artistes/groupes pour 10 euros et les cocktails offerts par une célèbre marque de whisky, histoire de rendre le public encore plus ivre de joie.

Heureusement pour les artistes, que l’édition discographique peut malgré tout continuer, même si ce support n’est qu’une petite partie de leurs revenues, surtout sans tournée et donc sans merchandising. Les disquaires tenus par des passionnés de musiques, les grandes enseignes (Fnac, Cultures, Gibert Joseph) et Bandcamp (+ assimilé du net) ont pignon sur rue pour accueillir les clients, prêts à débourser 20 euros pour s’acheter le nouvel album vinyle des artistes qu’il aime.

Il est fort à parier que "le client" ne va pas hésiter à acheter le tout nouvel album, nommé Transience of Love d’Elysian Fields. Déjà la pochette est magnifique, elle est réalisée par Michael Keum.

Transience of Life est le 10ème album studio de ce duo new-yorkais (ville aujourd’hui presque morte -sauf pour les zonards qui portent une arme- suite au méfait contagieux du Covid, fléau qui a fait plus de mal que l’effondrement des tours jumelles le 11 septembre 2001 -l’année prochaine, se sera un bien triste anniversaire-), avec Jennifer Charles au chant et Oren Bloedow à la guitare et à la basse. Mais le duo est aussi accompagné avec de nombreux musiciens et voix pour donner du volume et un grain gracieux aux morceaux, notamment pour la voix de velours mais aussi par moment pimentée de Jennifer.

Transience of Life est un album concept, inspiré du roman chinois Dream of the Red Chamber écrit par Cao Xueqin au 18ème siècle. La bio nous informe : « Les morceaux dépeignent les scènes hantées d’un conte de fée abordant le destin et la perte ». Le roman de Cao Xueqin est peu connu en France, mais en Chine, l’auteur est aussi respecté que Shakespeare.

Avant de réaliser l’album, le duo a collaboré avec le metteur en scène Jim Findlay. Ce pré travail a servi de matière de base pour finaliser en studio les 11 morceaux du LP. Alors que nous venons à peine d’entrer dans la période automnale, qui vient de succéder à une semaine caniculaire, écouter la musique d’Elysian Fields donne encore plus de grâce, de mélancolie et de profondeur aux compos. Les mélodies et harmonies prennent en cet instant tout leur relief, notamment quand on trouve le moment de regarder la pluie tomber sous un ciel gris à travers la fenêtre de notre salon, le tout confortablement installé au chaud dans un canapé douillet. On a envie de ne rien faire, juste de se laisser porter par la musique et la douce voix de Jennifer qui flirte avec des tonalités chinoises et l’Asie. Par instant, le style vocal m’évoque la voix de Hope Sandoval et Maria McKee de Lone Justice. Bref, ce nouvel album est une belle réussite. N’hésitez pas à dépenser vos euros !

https://elysianfields.bandcamp.com/album/transience-of-life

https://www.facebook.com/elysianfieldsnyc/

http://www.elysianmusic.com/




Chronique du concert d’Elysian Fields le 21 mai 2011 au Café de la Danse à Paris dans le lien ci-dessous :

https://paskallarsen.blogspot.com/search?q=elysian+fields

Aucun commentaire:

Publier un commentaire